02 36 86 11 30

7 rue Léon Blum - 45800 Saint Jean de Braye

MONOD  NEWS

C'est arrivé en 2021-22 !

Le journal des élèves du Lycée Jacques Monod (45)

1 2 3 Vie du lycée 1er avril Actu joke Actualité Livres Science

Le cyberharcèlement , au coeur des préoccupations lycéennes

08/06/2022

Le cyberharcèlement , au coeur des préoccupations lycéennes

Vidéo proposée par Lynn et Elsa : 

 

Bande dessinée proposée par Lou, Cloé et Lilah.

 

 

 

 

C'est la fête à Buckingham Palace

07/06/2022

C'est la fête à Buckingham Palace

Rien ne destinait la princesse Elisabeth née en 1926 à devenir reine. A l'origine, c'est son oncle Edward VIII qui devait accéder au trône. Mais celui-ci a abdiqué, laissant la place à son frère le roi George VI. C’est ainsi que celle que l'on appelle aussi Lilibeth est devenue l'héritière du trône en 1952 à la mort de son père. 
Durant la Seconde Guerre Mondiale, elle s’engage en tant que mécanicienne afin de participer elle aussi à l’effort de guerre. C'est en 1947 qu'elle épouse son amour de toujours, le regretté Duc d'Édimbourg Philip Mountbatten. De cette union naîtront 4 enfants : Charles, Anne,  Andrew et Edward .

 


En 1977, elle célèbre son jubilé d'argent soit 25 ans de règne : pour célébrer cet événement (humour anglais !), les "Sex Pistols" ont interprété une de leurs chansons intitulée "God Save The Queen", premier véritable affront à la monarchie, qualifiée de "régime fasciste."
Lors de son traditionnel discours de Noël en 1992, elle évoque l"Annus horribilis" qui voit trois de ses quatre enfants se séparer, et son cher château de Windsor ravagé par un incendie. 
Un des événements ayant profondément marqué son règne est la mort de Lady Diana en 1997 dans un accident de voiture à Paris. 
En 2015 elle devient la monarque britannique au plus long règne, battant le record établi par la reine Victoria. 

 

Une vie donc bien remplie pour cette reine de 96 ans, à qui on peut souhaiter un bon anniversaire pour ses 70 ans de règne. 

 

Manon B.

Les « Monodiens » s’engagent contre la faim

30/05/2022

Les « Monodiens » s’engagent contre la faim

 ”C’est cool de voir des jeunes se mobiliser pour cette action” a dit Yasmine la marraine de cette  course solidaire. Pour cette première édition, le lycée a décidé de ne faire courir qu’un seul niveau d’élèves mais espère que l’année prochaine tous les élèves du lycée pourront y participer.  Mathéo en 1G01 a dit qu’il le referait. 405 élèves ont réalisé 4570 tours soit 2285 kms. Monsieur Campé, professeur d’EPS a été “agréablement surpris par l’engagement des élèves” et veut souligner leur motivation et leur courage. Ils ont “voulu soutenir ACF” comme l’a souligné Florian de 1G06 qui a fait 25 tours.

 

A.C.F est une ONG créée en 1979 par des médecins et intellectuels français. Elle a pour but de lutter contre la faim dans le monde : près de 811 millions de personnes souffrent de ce fléau. Pour cela, elle intervient dans la lutte contre les inégalités à l’accès à l’eau, aux soins, mais également lors de catastrophes naturelles et de conflits qui sont l’une des causes de la malnutrition. (image : logo de la course solidaire ©ACF)

Ce projet a pu être mis en place grâce à la participation de nombreux professeurs comme M. Lefkir et M. Campé, des éco-délégués et d’élèves engagés mais aussi avec le soutien de la direction, en particulier de M. Leguillon qui a tout de suite été intéressé.

 

Avant la course, en avril, les élèves, ont été sensibilisés par une intervenante d’ACF. Debbie-Anne de 1G02 a été touchée par la vidéo projetée à cette occasion. Cela l’a renforcée dans l’idée de participer à la course pour aider les autres. Les élèves se sont inscrits sur une plateforme pour se faire parrainer et récolter de l’argent.Les lycéens tiennent à saluer l’investissement des bénévoles et remercient ceux qui ont assisté à la course contre la faim.

 

Nous avons rencontré Zahia qui fait partie de cette association et qui veut venir en aide aux personnes dans le besoin, ainsi qu’Aodren, la déléguée du Loiret, bénévole pour ACF depuis 1998. “On peut tous poser une pierre pour la faim dans le monde », nous ont-elles confié avant de remercier l’équipe pédagogique.

 

Sasha de 1G01 a trouvé  “l’ambiance au rendez-vous” et  pour Marie de 1G08  "c’était une bonne initiative”.  Il faut retenir de cette journée l’investissement des élèves qui a été incroyable. Ils ont été souriants, volontaires,  motivés et impliqués.


A l’année prochaine !

 

Jeanne B.

Monodcrush, le site que vous attendiez depuis longtemps !

25/05/2022

Monodcrush, le site que vous attendiez depuis longtemps !

Si vous n’avez toujours pas entendu parler de MonodCrush, eh bien je vous invite à lire la description de ce projet de NSI (Numérique et sciences informatiques) élaboré par  Benoît P., Jules G. et Killian T., élèves de terminale.
Pour le moment, c’est un site (https://monodcrush.fr/) mais à l'avenir, il pourrait devenir une application. Le but de ce site ? Chercher son crush – Tout est dans le nom – mais également faire des rencontres, raconter des anecdotes, et simplement partager sa vie. Tout cela en parfaite sécurité, avec des mises à jour régulières par nos trois programmeurs.
Et parce que jamais trop sans un peu plus, le site possède également un compte Instagram très actif, qui grandit chaque jour grâce à vous : monodcrush.fr.

On dit souvent qu’on passe les meilleures années de nos vies au lycée. Donc, j’espère que vous en avez fait bon usage.  C’est la fin de l’année, et ce que l’on peut retenir, c’est qu’il s‘est passé beaucoup de choses pour nous tous. On s'est fait de nouveaux amis, par la suite des liens se sont créés et d’autres ont été rompus. Il y a même eu quelques tensions pour certains d’entre nous. Et au final, les vrais potes sont restés. Pourtant, en cette fin de période scolaire, vous savez ce qui est loin d’être terminé? -  Nos crush !
Oui,  je parle de ce petit sentiment que nous avons envers la personne que nous voyons passer dans les couloirs, discuter dans la cour ou en classe. Avoir un crush est une étape qui constitue notre vie de lycéen. Même si notre crush disparaît généralement lorsque nous quittons l’établissement, il peut aussi devenir une personne importante  pour les plus chanceux d’entre nous – attendez ça arrive vraiment ? - Connectez-vous à Monodcrush, et vous le saurez !

 

Esther T.

 

Bienvenue à nos nouveaux camarades ukrainiens !

25/05/2022

Bienvenue à nos nouveaux camarades ukrainiens !

Âgés entre 15 et 17 ans, Andrii, Illia, Roman, Sergii, Sofiia, Tetiana, Pavlo, sont venus des quatre coins de l’Ukraine pour échapper au conflit qui fait rage. Ils sont parfois venus seuls ou sont accompagnés de leur mère et sont logés par le biais d’associations ou de relations personnelles. Et c’est suite à leur hébergement que notre lycée les a accueillis. 


Pour intégrer ces élèves issus de tous les niveaux, de la seconde à la terminale, il a fallu une certaine organisation de la part de la direction et de l’équipe enseignante, même si, comme nous l’a expliqué Monsieur Mauguin, les établissements doivent êtres préparés à l’accueil d’élèves dans la même situation que nos camarades ukrainiens. Pour cela, des professeurs ont été sollicités dont Madame Micigulski pour sa compétence à parler le polonais qui facilite la communication avec les nouveaux arrivants. Mais aussi  Monsieur Pelletier et Madame Leroy qui se sont montrés volontaires, suite à leurs précédentes expériences d’enseignement de francais langue étrangère. Tous trois leur  donnent des cours réguliers de FLS (Français langue de scolarisation). (Image : pause photo en cours de FLS ©Manon).

 


Un accompagnement a été fait de manière individuelle et personnalisée pour pouvoir les intégrer dans les meilleures conditions. A leur arrivée, les familles ukrainiennes et les familles d’accueil ont été reçues pour mieux cerner les besoins. Un emploi du temps d’immersion a été très rapidement distribué aux élèves. Ils ont ensuite passé des tests afin d’évaluer leur niveau dans les différentes matières, nous a expliqué Madame Delas lors d’un entretien.


Il a fallu aussi prévenir les professeurs et voir ceux qui seraient prêts à les accueillir dans leurs cours. Au début, il était difficile de communiquer avec eux à cause de la barrière de la langue mais des solutions ont été trouvées et aujourd’hui « On dirait des élèves français, ils sont déjà intégrés et commencent à parler français » nous a rapporté Monsieur Mauguin lors de notre entrevue. Comme ils se sentent bien, ils sont plus ouverts au dialogue et il est plus facile de communiquer qu’à leur arrivée. Cependant, une des élèves, Tetiana est retournée en Ukraine pour passer son bac : elle est revenue spécialement pour dire au revoir à Madame Delas et la remercier ce qui l’a profondément touchée, a-t-elle expliqué. 
Souhaitons lui donc bon courage pour ses examens et dans la suite de sa vie. Quant aux autres, nous espérons qu’ils se plairont parmi nous.


Manon B.

Parcoursup, de l’autre côté du miroir

24/05/2022

Parcoursup, de l’autre côté du miroir

Parcoursup semble déjà plus efficace que son prédécesseur, Admission Post-Bac (APB). Il permet aux établissements de l’enseignement supérieur de mieux prévoir l’année scolaire suivante en leur donnant une meilleure idée du nombre d’étudiants qu’ils vont accueillir. 


Il donne plus de transparence aux lycéens sur les attendus des formations, il est plus organisé. La fiche Avenir est considérée comme un très grand atout puisqu’elle permet aux établissements de prendre connaissance des candidats du point de vue de leurs professeurs.
Le délai entre la récupération des dossiers et les premières réponses semble à la fois très long et très court. Il s’explique par le temps de traitement des dossiers par les établissements. Cette opération est plus rapide maintenant par rapport aux premières années puisque les commissions d’examens savent ce qu’elles désirent voir chez un candidat. (image : page d'accueil de Parcoursup ©monodnews)


Selon les filières, cela varie, mais généralement toutes les informations disponibles via Parcoursup sont regardées par les établissements du supérieur. 


Une fois les dossiers remplis, il n’y a pas de discrimination entre les candidats autre que le lieu d’habitation si la formation demandée est disponible dans le secteur d’habitation d’origine. Les dossiers sont anonymisés. Certaines formations ont des recrutements nationaux. 


S’ils pouvaient améliorer quelque chose, M. Fitzé et M. Ringuedé encourageraient les lycéens à lire attentivement les fiches d’informations des formations afin d’éviter les erreurs d’orientation. Ils souhaiteraient pouvoir voir les autres voeux d’un candidat afin de savoir si son projet est cohérent.


Ce nouveau système semble prendre ses marques. Les formations arrivent à trouver des candidats qui ont les qualités pour réussir, surtout s’ils arrivent à se projeter et à rester ouverts sur les opportunités des formations.


Lianna B.--T.

20 mai : course contre la faim !

18/05/2022

20 mai : course contre la faim !

(photo : un élève se renseigne pour s'inscrire ©Jeanne)

Actu joke 12/05/2022

12/05/2022

Actu joke 12/05/2022

Seulement 1 heure pour sauver 3 vies !

11/05/2022

Seulement 1 heure pour sauver 3 vies !

Covid-19, un impact puissant dans le lycée ?

03/05/2022

Covid-19, un impact puissant dans le lycée ?

L’épidémie et ses nombreuses répercussions

Au sein du lycée de nombreuses restrictions sanitaires ont étés prises durant ces deux dernières années. Les élèves, professeurs et les personnels ont eu plus ou moins de difficultés à s’adapter face à cette épidémie. 


Les répercussions psychologiques 
Cette épidémie a eu des répercussions psychologiques plus ou moins importantes sur de nombreuses personnes. Dans le lycée, les personnels, notamment les infirmières, n’ont pas très bien vécu le pic de contamination. Elles ont constaté  que les élèves sont les plus touchés au niveau psychologiques. En effet, pendant les confinements, les élèves ont dû faire face à de nombreuses difficultés comme les violences inter familiales. Des phobies scolaires se sont également développées. Les élèves ont eu moins de vie sociale, ce qui a pu engendrer pour certains des décrochages scolaires. Concernant les professeurs, ils ont fait face à des obstacles en ayant une forte pression exercée sur eux notamment pendant le confinement et la demi-jauge : ils ont dû revoir leurs méthodologies de travail avec pour conséquence une surcharge de travail, tant pour les élèves qu’eux-mêmes. Par conséquent des émotions négatives se sont installées : peur du virus, culpabilité, morosité ambiante… qui changent notre perception des choses et d’autrui. 


Retirer les masques, bonne ou mauvaise idée ?
Pour autant les mesures sanitaires se sont assouplies. Mais concernant le retrait du port du masque en mars les avis convergent. En effet, pour les professeurs et les personnels, cela représentait un risque car le nombres de cas positifs augmentait de nouveau. Selon certains professeurs, les personnes fragiles devraient encore garder leur masque, une décision qui reste encore à débattre. En revanche, la situation s’est nettement améliorée et ne suscite plus autant d’inquiétudes que depuis le début de la pandémie. Certains professeurs et personnels préconisent de maintenir le respect des distanciations sociales au sein du lycée.


La question de la fermeture partielle du lycée s’est aussi posée… Pour la totalité des professeurs, la réponse est claire : il faut impérativement le maintenir ouvert pour que les élèves puissent continuer normalement leurs études. Certains professeurs disent même avoir détesté les cours en distanciel, l’éducation des élèves étant primordiale. Les professeurs pensent qu’une partie des élèves ne travaillent pas suffisamment chez eux à cause notamment de divers problèmes techniques (accès internet, qualité de la connexion…).

 

Certains élèves ont notamment développé la peur de ne pas pouvoir suivre les cours et donc de ne pas être aptes à réussir le bac, surtout

dans un contexte de réforme dans lequel les programmes et les épreuves ont dû être modifiés à plusieurs reprises. Espérons qu'ils sauront dépasser ces difficultés !

 

Aleyna K., Ludivine P. et Myriame H.

« Nous avons mis en place tout ce qu’il nous était possible», Philippe Mauguin

03/05/2022

« Nous  avons mis en place tout ce qu’il nous était possible», Philippe Mauguin

Comment gérez-vous les consignes sanitaires données par le gouvernement et combien de temps cela a pris pour se mettre en place ?


Philippe Mauguin : Tout d’abord cela a été une réflexion d’équipe, puisqu’à la fin du confinement, il a fallu organiser dans l’établissement des mesures sanitaires afin de limiter au maximum la propagation du virus. Nous nous sommes donc réunis avec la Commission d’hygiène et de sécurité pour mettre en place différentes mesures. Parmi celles-ci, nous avons par exemple mis en place des lavabos à la cantine ainsi que plus de savon et plus d’essuie-mains dans les toilettes. Nous avons également décidé de laisser les salles de classes ouvertes et de proposer un sens de circulation pour limiter au maximum la concentration dans les salles et permettre une circulation plus fluide dans les couloirs. Pour finir, du gel hydroalcoolique a été installé dans toutes les salles et à l’entrée du lycée. Nous avons mis en place tout ce qu’il nous était possible.

 

Vous avez également dû revoir l’organisation de l’internat et de la cantine…
P.M. : Effectivement il y a eu de nombreux changements. Les lits ont été positionnés de façon à ce que les élèves se retrouvent face à face, ce qui a donc éliminé des lits dans les chambres pour limiter le niveau de contamination. A la cantine mais également à l’entrée du lycée, nous avons mis en place un système afin de donner du gel hydro-alcoolique aux élèves sans toucher les distributeurs. Des zones ont été créées entre les terminales, premières et secondes dans la cantine pour éviter la contamination. Et tout cela en quelques semaines seulement !


Qui finance la mise en place des protocoles sanitaires, des fonds disponibles de l’État ou est-ce imputé sur le budget du lycée ?
P.M. : Cela dépend ; si on parle des masques, c’est l’État qui nous les fournit mais si on parle des fournitures, comme le gel ou les lavabos, c’est l’établissement qui paye. 


Que s’est-il passé après la grève du 17 janvier dernier des professeurs contre le manque de masques, justement non fournis par l’État ? 
P.M : Eh bien, le gouvernement nous a tout simplement envoyé des masques. Le hasard a fait que nous avons reçu les masques le lendemain.


Les réunions entre parents et professeurs sont-elles toujours autorisées ?
P.M. : Elles n’ont jamais été vraiment supprimées mais il est vrai que, durant la troisième vague du COVID-19, elles étaient plutôt mises en attente par rapport au risque de contamination. 


Conseillez-vous aux professeurs de se munir de capteurs de CO2 dans les salles de classes ?
P.M. : Nous disposons de 3 capteurs de CO2. Le premier dans la cantine, là où le personnel mange, le second au CDI et enfin le dernier dans l’amphithéâtre. Courant janvier, trois professeurs étaient en charge d’effectuer des mesures pendant une semaine. Suite à cela, nous nous sommes rendus compte que si on respectait bien les règles, en laissant les portes ouvertes et en aérant les salles systématiquement, nous n’aurions pas de soucis de contamination rapide malgré la présence de nombreux élèves dans la classe. Les mesures prises ont été suffisantes afin de prendre les bonnes habitudes.



Actu Joke 09/04/2022

09/04/2022

Actu Joke 09/04/2022

Je vous présente donc une parodie du célèbre jeu vidéo « Mariokart », caricaturant des candidats aux élections présidentielles.

Nous pouvons donc repérer Emmanuel Macron en tête, néanmoins menacé par la carapace bleue (malus puissant visant le premier joueur dans le jeu vidéo Mariokart)
Jean-Luc Mélenchon est représenté sous forme de tortue (pseudonyme qu’il s’est lui-même donné, en référence à la fable  Le Lièvre et de la Tortue).
Marine Le Pen est également présente, une femme apparemment très gentille …
Valérie Pécresse fait fausse route, Éric Zemmour dérape.
Quant à Anne Hidalgo, elle reste bloquée sur la ligne de départ.
Il y a bien sûr quelques autres détails que je vous laisse le plaisir de remarquer.

Merci de votre compréhension,
Et, si vous êtes en âge de voter, allez-y !
By Timo

Actu joke 09/03/2022

09/03/2022

Actu joke 09/03/2022

Tout d’abord, le dessin représente des européens occidentaux (tels que des français) et non pas des ukrainiens, ce qui pourrait porter à confusion, je le reconnais.
Le dessin a donc pour but de se moquer et de dénoncer les comportements excessifs que certains européens occidentaux adoptent et adopteront sûrement face à cette crise qui risque de nous impacter de plus en plus d’une manière ou d’une autre (Je me suis inspiré notamment des provisions démesurées que certains faisaient au début du confinement de 2020).

Je soutiens donc bien sûr à 100% le peuple ukrainien et aurais d’ailleurs honte de le tourner en dérision alors même qu’il subit une des pires horreurs que l’humanité ait inventée, la guerre.

Merci beaucoup de votre compréhension et de votre attention,

Timo 

L'évolution du paysage à Saint Jean de Braye

08/03/2022

L'évolution du paysage à Saint Jean de Braye

L'érosion

 

En 1950, le banc de sable formait un bloc conséquent de sable. 70 ans plus tard, en 2021, le banc de sable a rétréci :  de l’eau est apparue là où il n’y en avait pas avant !

"Nous avons pu observer que le courant " mange"  peu à peu le banc de sable, ce qui crée une pente. Ce phénomène s’appelle l’érosion : il provoque le transfert progressif de la matière (sable)."


 Le courant va vers la droite comme l’indique la photo. Comme on peut le voir, le sable prend la forme que lui donne le courant (pointe), ce qui marque le phénomène  d’érosion. (Image © Maëlle et Louise)

 

La jussie

 

La jussie est une plante aquatique originaire d’Amérique du sud.
Elle a été introduite en France au 19ème siècle. C’est une plante envahissante, elle couvre la surface de l’eau et empêche la lumière d’atteindre les autres plantes aquatiques. Peu à peu, ces plantes disparaissent, et avec elles la biodiversité animale du canal. (Image © Maëlle et Louise)

La jussie que nous avons observée au canal  n’a pas encore tout à fait envahi le paysage  mais au vu des observations faites par des professionnels sur l’évolution de cette plante, ce sera sûrement le cas dans quelques années. Elle a envahi le canal car il y a toutes les caractéristiques favorables à son développement.

 

Louise L. M. et  Maëlle B.

 

Sur le même sujet, vous pouvez lire l'article d'Ethan A. et de Gabriel M. (cliquez sur l'image ci-dessous).

 

 

.

 

 

Juline, émissaire du lycée pour le Prix Goncourt des lycéens

12/02/2022

Juline, émissaire du lycée pour le Prix Goncourt des lycéens

Jeudi 25 novembre 2021, le Prix Goncourt des Lycéens a été décerné à Clara Dupont-Monod, pour son roman S'adapter. La classe de terminale Littérature&Philo du lycée a été sélectionnée en septembre pour faire partie du jury de ce prix. Après avoir lu la sélection de 14 livres, donc, et après avoir longuement débattu pour en choisir trois, les terminales ont élu une déléguée - Juline - chargée de défendre leur choix devant les délégués d'autres régions. 

C'est ainsi que notre porte-parole s'est retrouvée à Nantes, lundi 22 novembre, avec en poche trois titres et la délicate mission de faire élire l'un des trois par l'ensemble du jury. Il s’agissait de S’adapter de Clara Dupont-Monod, Soleil amer de Lilia Hassaine et de Les enfants de Cadillac de François Noudelmann.

 

NANTES - 22 Novembre 2021

  L'aventure débute un lundi matin, à huit heures. C'est Madame Pesty, professeure de lettres, qui a accompagné Juline à Nantes ce jour-là, pour les délibérations régionales. Parties en train, arrivées à destination vers midi, elles ont été accueillies par deux coordinatrices dans l'hôtel où devait avoir lieu les débats. "On était dix ou onze délégués régionaux", raconte Juline. Dix ou onze délégués régionaux dans la salle, qui ont tour à tour présenté le tiercé élu par leur lycée. Les cinq livres arrivés en tête ont ensuite fait l'objet d'une discussion critique qui a abouti à l'élection d'un nouveau tiercé. Trois livres, dont deux faisaient déjà partie de la sélection choisie par notre lycée...  Les délégués régionaux ont ensuite élu deux délégués nationaux. L'un d'eux s'est avéré être, vous l'aurez compris, Juline. (Vidéo : résultat des délibérations nantaises ©Pesty)

  RENNES - 25 Novembre 2021

Mercredi 24 novembre, donc, Madame Durrheimer, professeure documentaliste, a accompagné Juline à Rennes. Les délibérations finales avaient lieu jeudi 25 au matin. Juline raconte :  "On est allé à 8h30 à l'Hôtel de ville...". Les délégués nationaux n'avaient que dix minutes de délibération par livre et le choix ne fut pas simple à faire : comment départager les romains contemporains retenus ?  Il y en a un,  en tout cas, qui a été élu : S'adapter, de C. Dupont-Monod, Monod comme  notre lycée, c'était un signe !   Un président des délégués nationaux a ensuite été élu pour faire l'annonce : "Ils étaient quatre à se présenter, et c’est Nour qui a été élue, elle est de Belgique", nous précise Juline.  Étapes plus formelles, on a préparé les lycéens à l'accueil des journalistes ainsi qu'aux photos. Enfin, l'annonce a été faite, par Nour, sous les caméras. (Vidéo : Annonce du résultat ©Durrheimer)

 

 

  PARIS - 25 Novembre - 18h30

Dernière étape de ce voyage : Paris. Paris, et plus précisément le Ministère de l'Éducation, de la Jeunesse et des Sports : Juline y a rencontré Jean-Michel Blanquer et Clara Dupont-Monod. Là, il y a eu le temps des discours : discours de Nour, du ministre, du PDG de la FNAC (Enrique Martinez), de la lauréate, d'un membre de l'Académie Goncourt (Pierre Assouline). Il y a eu la lecture d'un extrait de S'adapter, aussi. Et il y a eu le temps des dédicaces - Le lecteur pourra retrouver au CDI un exemplaire dédicacé du roman primé.  Et pour finir, parce qu'en théorie, un voyage ne s'achève qu'une fois le voyageur rentré dans son petit village, il y a eu le retour de Juline, qui a raté son train et qui a rejoint le Loiret très tardivement. (Photo : Pierre Assouline, Clara Dupont-Monod, Jean-Michel Blanquer, Enrique Martinez ©Durrheimer)

 

  Le point de vue de Juline sur cette expérience

"Ça a beaucoup enrichi notre réflexion personnelle ; savoir argumenter, critiquer, débattre... Défendre notre point de vue, défaire le point de vue adverse... Et puis, on a rencontré des personnes des quatre coins de la France, c'était culturellement enrichissant".  

 

S'ADAPTER : l'histoire

Clara Dupont-Monod a été primée trois fois pour son livre : S'adapter a reçu le prix Goncourt des Lycéens mais aussi le prix Femina, et le prix Landerneau.   C'est l'histoire, touchante et poétique, d'après les terminales HLP, d'un enfant qui naît handicapé :  l'auteure nous transporte dans les Cévennes, sous le regard des pierres sèches de cette région, au cœur d'une famille bouleversée par l'arrivée inattendue de ce nourrisson inadapté... Un roman pas très long mais très joli, qui découle de l'expérience propre de Clara Dupont-Monod, et que nous vous conseillons de tout cœur. 


Philippine D.

 

Restos du coeur : merci pour vos dons !

12/02/2022

Restos du coeur : merci pour vos dons !

Pendant une semaine de 7h30 à 17h vous avez pu apporter des livres, des chaussures, des plaids, des vêtements, des peluches et des jouets. Certains d’entre vous se sont même proposés pour participer à la tenue du stand. 40 élèves en tout ont tenu les stands ou chargé le camion !

 

Et les résultats sont tombés, près de 1562 objets ont été récoltés !


Alors un grand, un énorme merci à vous pour votre participation, et nous espérons qu’avoir joué au Père Noël vous aura plu.

A bientôt pour une nouvelle aventure au sein de notre lycée !

L'équipe des élèves volontaires pour cette action en faveur des Restos du cœur

 


Jeanne B.

Actu joke 02/02/2022

02/02/2022

Actu joke 02/02/2022

Rencontre avec Agnès Hostache au sein du lycée

30/01/2022

Rencontre avec Agnès Hostache au sein du lycée

L’entrevue s’est déroulée en plusieurs parties. D’abord a eu lieu un échange questions/réponses sur le travail de cette écrivaine, ce qui a permis d’effacer les interrogations des élèves sur certains passages du livre qu’ils n’avaient pas forcément compris… 


Dans un deuxième temps, un extrait de l’histoire a été joué par la classe, que l’auteure a semblé adorer !! (Image : l'auteure de Nagasaki ©S.Leroy)

 


Par la suite, Agnès Hostache a montré des échantillons de son travail, tels que des planches originales de son livre ou ses croquis...
Pour finir, elle a accepté de dédicacer les livres de chacun des élèves de la classe.


Super rencontre !!


Cet événement s’est effectué dans le cadre du projet LALA ( Lycéens, Apprentis, Littérature et Auteur d’Aujourd’hui) auquel Mme Amathieu, professeur de français mais également de culture générale, a inscrit les étudiants. Ce projet consiste à étudier trois œuvres tout au cours de l’année et à rencontrer l’auteur de l’une des trois. Ces œuvres sont offertes par Ciclic et le lycée à chaque membre participant. C’est donc Mme Agnès Hostache qui a été choisie pour la rencontre.


Olivia R., CIRA1

De l'art à Monod ? Discours et petits fours...

30/01/2022

De l'art à Monod ? Discours et petits fours...

Un jour parmi tant d’autres : Madame Durrheimer, la professeure documentaliste, nous retient et nous demande d’assister en tant que reporters à une fête, un jeudi soir à 17h15... Dubitatifs, nous acceptons, mais pour assister à quel genre de fête ? Le lycée Jacques Monod fête quelque chose ? Une fête d'anniversaire ou un pot de départ pour un professeur peut-être ? Pas du tout. La fresque que nous voyons tous les jours sur les marches du lycée fête sa finalisation, c’est son vernissage ! 

 

Jeudi 18 novembre, nous entrons dans la MDL : un brouhaha assourdissant inonde la pièce. Soudain, le silence règne, deux discours sont prévus. Deux élèves de première se tiennent immobiles devant tout le monde, micro à la main. Inès A. et Sarah B., anciennes élèves de seconde 11 représentent leur classe qui a réalisé la fresque en juin 2021. Puis, Madame Guiu Lasheras, professeure d’espagnol, prend la suite. Elle est à l’origine du projet avec quatre autres professeurs : Mesdames Guillonneau, Jacquey-Garcia et Le Bourg et Monsieur Barrachina. Elle remercie le lycée et la Région Centre Val de Loire d’avoir débloqué les fonds nécessaires pour réaliser le projet (Dispositif « Aux arts lycéens »). Son discours se termine, son investissement dans le projet se fait ressentir par tous. 

 

Les discours passés, le buffet s’ouvre. Les effluves des entremets sucrés et salés du chef attirent la foule, c’est le moment pour nous d’aller à la rencontre des invités ! Monsieur Barrachina, professeur d'Enseignement Moral et Civique, un des protagonistes du projet Street Art, vient vers nous. Il nous explique que c’est un projet qui a été abordé dans toutes les matières des enseignants que ce soit en EMC, en lettres, en SVT ou en espagnol. Dans son cas, ses élèves avaient découvert le Street Art sur Orléans, via le thème de la liberté d’expression.

 

Par la suite, nous sommes allés parler à celui qui a orchestré le travail de la seconde 11, l’artiste Kronyk_one. Discret depuis le début de la cérémonie, il s’est un peu ouvert à nous lors de notre venue. Il nous apprend que les commandes ou les projets scolaires (comme notre fresque) sont une part minime de son travail. Il s’exprime le plus souvent dans le street art. Où ? Le long de la tangentielle, à côté du centre commercial Leclerc d’Olivet ou encore du complexe sportif de Saran. Plus professionnellement, il lui est possible d’exposer son travail dans une petite galerie parisienne "Le Lavomatik".

 

Kronyk_one n'est pas encore aussi connu que Banksy et  ses nombreuses peintures au pochoir à travers le monde. En 2019, l'un des dessins de Banksy sur l’une des portes du Bataclan a été dérobé. Qui sait, peut-être que notre fresque va bientôt être volée. Attention, surveillance !

 

Franck R. et Léa C.

Un animal de compagnie pour le lycée ? - Le blob du CDI

23/01/2022

Un animal de compagnie pour le lycée ? - Le blob du CDI

Vous pouvez l'avoir chez vous, il ne prend pas beaucoup d’espace. Il faut le nourrir et bien le traiter si vous voulez qu'il grandisse et se développe. Vous pensez probablement à un chat ou un chien, un lapin ou un serpent pour les plus ouverts, mais ce n'est pas le cas. Il ne possède pas d’yeux, d'oreilles pour écouter ou de « corps », il est bien plus complexe.

 

Un indice ?

 

Voici une photo prise par  les documentalistes ! (image : Est-ce Blob Marley ou Blob l'éponge ? ©monodnews )

 

 

Vous êtes probablement en train de dire «Ouais, ce n'est définitivement pas un animal» et vous avez raison ! Alors quelle est cette chose qu’on peut confondre lors d'une première lecture avec un animal domestique mais qui ressemble à de la moisissure quand on la voit ?

 

Le blob, un monstre ?!
Peut-être que les plus cinéphiles d’entre vous ont pensé au film d’horreur culte américain qui s’intitule “Le Blob”. (lien bande annonce https://www.youtube.com/watch?v=ywzK5xzrD2c )
Sortie en 1988, ce film raconte l’histoire d’un organisme arrivant sur notre planète, après qu’une météorite ait percuté la terre. Ce «blob» dévore alors tout ce qui se trouve sur son passage. 
Mais pas d’inquiétude ce n’est que de la fiction, le blob est inoffensif, il ne se nourrit pas des humains.
En réalité le blob aussi appelé «Physarum polycephalum» est une cellule géante intelligente. (Image : exploration de la boîte par le blob. Cherche-t-il une sortie ? de la nourriture ? ©monodnews )

 


Un organisme coriace !
Le blob peut vivre dans plusieurs endroits très différents : allant du sous-bois, au désert jusqu’à la neige. Il est présent partout, quelles que soient les conditions climatiques. Il existe depuis plus d’un milliard d’années! Difficile à imaginer quand on voit cet organisme.
On peut même sous-entendre que le blob est immortel !

 

Une cellule qui ne connaît pas la mort ?
Il peut en effet survivre aux flammes, à l’eau et se régénérer presque aussi vite qu’il a été découpé. 
En 1973, en Amérique, une texane a trouvé un blob dans son jardin, elle a essayé de le disséminer, de l’empoisonner. Son mari a tenté de s’en débarrasser avec une pelle, elle a même appelé les pompiers, mais le blob revenait toujours. Impressionnant non ?


Facile à nourrir
Le blob ne possède pas d’estomac comme nous, mais il peut trouver et détecter de la nourriture qui se trouve proche dans ses alentours. Dans la nature, il se nourrit de champignons, mais il raffole aussi des flocons d’avoine. (Image  : dégustation de champignon et de jambon - Image : le blob se précipite sur les nouveaux flocons  ©monodnews )

 

 

Cet organisme est si populaire qu’il a eu sa propre exposition au Parc Zoologique de Paris !


Envie d’un blob ?
Indépendant et charismatique par ses caractéristiques, vous avez maintenant peut-être envie d’un blob comme compagnon ?
Eh bien, sachez que vous pouvez adopter un Physarum polycephalum.
Les blobs sont à votre disposition dans plusieurs boutiques dédiées à cet organisme qui vous indiqueront comment en prendre soin. 


Après cette découverte, vous pouvez en adopter un et rejoindre la famille de ceux qui possèdent un blob comme Marcellin et Denis... ! 

 

Esther T.

Quand un speed dating devient une mission survie sur Mars

23/01/2022

Quand un speed dating devient une mission survie sur Mars

Quelle est le sujet ?


Il s’agit de l’histoire de 7 prétendants et 7 prétendantes qui vont être envoyés sur Mars dans un vaisseau spatial, pour y vivre éternellement. Cette aventure est suivie sur Terre dans une émission de téléréalité. Chaque jour, les pionniers vont se rencontrer via une bulle de verre pour discuter et pour savoir avec qui ils se marieront. C’est ainsi que des liens vont se créer entre ces derniers et des couples vont commencer à se former. Chaque dimanche, les pionnières et les pionniers vont établir une liste de cœur. Avec cette liste, les spectateurs sauront pour qui  ils qui dépenseront le plus d’argent pour favoriser leur vie sur Mars.  Un jour, une des prétendantes, Léonor, tombe sur le Rapport Noé. Elle en a pris connaissance sur le téléphone portable d’un responsable de la mission avant qu’il ne se fasse arrêter. L’organisatrice du programme les menace de dépressuriser la base si Léonor dévoile ce rapport au monde entier.
Les pionniers sont contraints de s’organiser pour survivre sur Mars (tomes 2 et 3). 
La saga raconte à la fois la vie des pionniers sur Mars et celle des organisateurs du programme sur Terre.

 

Mon avis :


J’ai bien aimé la façon dont ce livre était écrit. En effet, on rentre très rapidement dans l’intrigue. L’auteur emploie du vocabulaire commun ce qui facilite la compréhension et la lecture. Les romans comportent beaucoup de pages, c’est donc pour les amateurs de gros romans et pour les personnes qui aiment lire. On peut facilement s’attacher aux personnages et s’imaginer les paysages. A chaque fois que j’ouvrais le livre, j’avais l’impression d’être avec les pionniers. L’auteur termine chaque tome sur un événement plein de suspens qui donne envie de  découvrir le début de chaque nouveau roman avec une attente encore plus grande.

 

Capucine B.

Trop stressant, le stress !!

16/01/2022

Trop stressant, le stress !!

Le lycée est une période de construction et de découverte de soi, le début du passage à l’âge adulte. Alors il est capital de faire attention à sa santé. Pourtant, c’est aussi une période remplie de stress dangereux pour la santé pour les jeunes.


Parfois un petit coup de bon stress permet de donner le meilleur de soi-même. Mais le mauvais stress en continu a des conséquences néfastes directes sur la santé telles que la crise d’angoisse ou les insomnies qui pénalisent l’apprentissage. Ce n’est pas tout, il peut aussi avoir des conséquences sur le plus long terme : un isolement social, des comportements à risque tels que les drogues, la déscolarisation, ou pire le suicide.


Si tu ne te sens pas bien, ne t’isole pas, parle avec tes proches.


Tu trouvera des aides au lycée. Ainsi les infirmières, Madame Romain et Madame Lombard, sont des oreilles attentives aux besoins des élèves. Une salle zen (musique + coussins) est ouverte à l’infirmerie. De plus, elles organisent des ateliers de détente avec un intervenant extérieur pour apprendre des techniques de relaxation. N’hésite pas à aller t’inscrire auprès d’elles.

 


Nos infirmières ont un compte Instagram (@monodnurses) sur lequel tu trouveras une mine d’informations sur la santé dont une story permanente sur le stress.


Tout au long de la scolarité lycéenne, elles nous accompagnent et  collaborent avec le Comité d'éducation à la santé et à la citoyenneté  (CESC) et participent ainsi à l'amélioration des conditions de vie au  lycée.


Merci aux élèves et aux infirmières d’avoir répondu à mes questions.


Lianna B.