02 36 86 11 30

7 rue Léon Blum - 45800 Saint Jean de Braye

MONOD  NEWS

L'actu des lycéens

Le journal des élèves du Lycée Jacques Monod (45) - optimisé pour votre smartphone

1 2 3 4 5 6 7 8 9 Actu joke Actualité Vie du lycée Livres Science En espagnol Ciné : je les ai vus pour vous

Est-ce que le futur lycée de Châteauneuf-sur-Loire sera un lycée du 21ème siècle ?

13/05/2023

Est-ce que le futur lycée de Châteauneuf-sur-Loire sera un lycée du 21ème siècle ?

Cependant, ce ne sont pas les seuls atouts de ce projet. En effet, ce futur lycée de Châteauneuf-sur-Loire se veut un lycée du 21ème siècle. Pour cela, il doit répondre à quatre attentes primordiales  : innovation,  solidarité,  l’éco-responsabilité et  construction bio-sourcée. Ces mots clés sont mis en avant sur le panneau inauguré par François Bonneau, président de la Région Centre Val de Loire, en janvier 2022.

 

Innovant. En effet, ce nouveau lycée se veut innovant de par l’audace du projet, grâce à son architecture moderne et écologique.   

 

Eco-responsable. Ce projet contient énormément d’ambition éco-responsable. Grâce à la nouvelle proximité des élèves, les déplacements (automobile, transport en commun) seront immédiatement beaucoup plus réduits. Les toitures seront végétales et serviront de support aux futurs panneaux photovoltaïques. Et pour finir, en hiver, l’établissement sera majoritairement chauffé grâce à des sondes géothermiques.  

 

Bio-sourcé. Les matériaux sont majoritairement bio-sourcés. Notamment, 80% des murs des bâtiments seront en ossature de bois. D’autres matériaux bio-sourcés seront aussi utilisés, comme des briques de terre cuite.

 

Solidaire. Le projet se veut aussi solidaire et inclusif. Il offrira une variété de formations : des bacs généraux, des bacs technologiques ( STMG et STI2D),  des bacs professionnels : bio-industrie de la formation, procédés de la chimie et des papiers cartons et bacs professionnel tertiaire. Ainsi que des BTS : pilotage des procédés et métiers de l’eau. 
La mixité des formations est donc assurée. Le projet est aussi inclusif car le lycée sera construit afin d’intégrer les personnes en situation de handicap. Et les vestiaires seront conçus pour pouvoir accueillir des personnes non genrées.

 

Ce projet était très attendu par les habitants de Châteauneuf et des alentours. Les attentes sont également très élevées. Le futur lycée semble y répondre en théorie, l'avenir nous permettra de dire si cela est le cas en pratique.

 

 

Eménie Z. et Laure-Emma D.

Article réalisé dans le cadre de l'HGGSP

et d'un projet d'éducation aux médias

 

Blocus du lycée : Utopistes, debout !

12/05/2023

Blocus du lycée : Utopistes, debout !

Le 6 avril, les lycéens du lycée Jacques Monod ont organisé un blocus pacifique contre la réforme des retraites mais également contre les violences policières et leur désaccord face à Parcoursup. Un blocus qui a rassemblé 500 élèves au pic d’affluence et qui a duré de 7h à 13h.

 

Un sondage a été réalisé auprès des lycéens (1459)  pour connaître leur avis sur la réforme des retraites.
On constate que 61 % des élèves se sentent concernés par cette réforme. Ils affirment qu’ils sont « la future génération et qu’à un moment ils seront concernés » et que « l’âge de la retraite est un combat pour tous ». Cependant, il y a 39 % des élèves qui ne se sentent pas concernés et qui affirment qu’ils sont trop jeunes pour soutenir cette cause. 
Ensuite, nous leur avons demandé s’ils avaient déjà participé à une manifestation contre cette réforme. On remarque que seulement 31 % des élèves sont allés manifester : parmi eux, 65 % y sont allés une fois et 23 % y ont participé plus de 2 fois. Alors que 69 % n’y ont jamais été, pour cause d’empêchement (25%), sans envie particulière (49%) ou parce qu'ils ne se sentaient pas concernés (26%). Puis nous avons abordé le sujet du blocus du jeudi 6 avril : 79 % des lycéens du lycée Jacques Monod ont jugé cet initiative utile. 
Pour finir, les lycéens ont déjà abordé ce sujet avec leurs proches (84%) et en cours (39%).

 

©Lilah F.

 

« Plus on grandit, plus on réfléchit à nos propres convictions »

Nous avons interviewé des élèves organisateurs du blocus afin de nous glisser dans les coulisses de cet événement. Tom et Lilou, élèves de terminale, ont répondu à nos questions :

 

Pourquoi avez-vous organisé ce blocus ?
T : Le blocus a été fait afin de rejoindre le mouvement national du passage en force de la réforme des retraites avec le 49.3.
L : On a aussi décidé de le faire pour dénoncer les violences policières, notamment de la BRAV-M et des CRS, et pour montrer notre désaccord face à Parcoursup.

 

Vous attendiez-vous à une réaction particulière de la part des médias ou de la police ? 
L : On ne s’attendait pas à autant de réactions, c’était vraiment super d’être rejoint par autant de gens. Nous avions prévu d’appeler les médias mais on ne pensait pas avoir de réponses de leur part. 
T : Pour ma part, j’ai appelé France bleu où je suis passé pendant le blocus aux infos de 9h et de 11h. Nous n’avions pas prévenu France 3 par contre. Pour la police, c’était prévisible mais nous ne pensions pas qu’elle serait devant le lycée dès 6h30, on a quand même réussi à bloquer avec un passage en force vers 7h du matin.

 

Comment avez-vous diffusé l’information ?
L : Nous avons créé un groupe sur Instagram où tout le monde pouvait ajouter des personnes.
T : L’idée d’avoir un groupe et non un compte Instagram était de diffuser l’information tout en restant discret. Nous étions 150 dans ce groupe et approximativement 50 autres personnes qui ont participé sans y être.

 

Est-ce que vous avez été soutenu par les enseignants et le proviseur ?
T : Certains enseignants nous ont effectivement soutenus, notamment des professeurs d’HGGSP. Le proviseur ne pouvait rien faire mais notre but était que le blocus soit pacifique, on a donc entretenu une bonne relation durant tout le blocus avec l’administration.
L : On a pu discuter avec le proviseur des problèmes que l’on voyait dans l’administration.

 

L’idée du blocus venait-elle des terminales ?
T : En effet, l’idée vient des terminales. Je ne pense pas que ce soit en rapport avec les spécialités mais juste qu’au lycée, on commence à se politiser et que plus on grandit, plus on réfléchit à nos propres convictions.

 

Quels sont les résultats ?
L : La venue des médias et la mobilisation d’autant d’élèves sont de grandes réussites, on ne s’y attendait pas.
T : On a été médiatisé et on a compté dans les 400 lycées bloqués le jeudi 6 avril.

 

Enfin, pensez-vous refaire un blocus ?
T : C’est en réflexion, l’idée est que d’autres lycées bloquent aussi.
L : On voudrait en refaire un, mais quand les lycées d’Orléans seront également mobilisés pour avoir un plus grand impact.

 

 

 

 

Article réalisé dans le cadre de l'HGGSP

et d'un projet d'éducations aux médias

 

 

 

La mobilité des professeurs au lycée Jacques Monod

12/05/2023

La mobilité des professeurs au lycée Jacques Monod

155 professeurs ont été interrogés et 85 d’entre eux se sont prêtés au jeu, plus de la moitié, soit 54 %. Nous leur avons demandé leurs principaux moyens de transport ainsi que le nombre de kilomètres qu’ils faisaient afin de se rendre au lycée. On a pu constater que le moyen le plus utilisé était la voiture ( 77,53% ), suivie de loin du vélo ( 30,21 % ) puis de la marche à pied (17,12%), et étant dans l’agglomération Orléanaise, du tramway (13,9 %) ainsi que des bus (6,4%). Cependant, d’autres privilégient la voiture 100 % électrique ou la moto (soit 1,1 %).

 

Mais alors pourquoi privilégier un type de transport plutôt qu’un autre ? 
Pour répondre à cette problématique, nous avons été à la rencontre de deux professeurs du lycée qui utilisent des moyens de  transport différents afin de se rendre au lycée et nous leur avons posé les questions suivantes : Pourquoi avoir choisi la voiture ou  le vélo  comme moyen de transport pour venir au lycée ? Est-ce votre moyen de transport quotidien pour vous déplacer dans la vie de tous les jours ? Les crises écologiques actuelles vous affectent- elles ?  


Voici leurs réponses :
M. Lecocq, qui fait 7 km en voiture pour se rendre au lycée, nous a confié que ce moyen de locomotion était le plus pratique pour lui afin de se rendre sur son lieu de travail :  «Commençant le plus souvent à 8h00, la voiture est plus pratique pour moi car j’aime arriver tôt au lycée. Mais dès lors que je commence après 10h00, je viens soit en tramway soit à pied d’Orléans». Il poursuit : «Dans la vie de tous les jours, cela dépend : sur Orléans, je me déplace essentiellement à pied ou en tramway. J’essaie d’utiliser le moins possible la voiture du fait, il est vrai à la fois de convictions écologiques mais aussi pour un aspect économique lié au coût du carburant. Enfin, pour partir en week-end, tout dépend où je vais. S’il y a une gare,  c’est alors le train qui est privilégié. »

 

"V'nez en vélo, ça sera plus écolo" (slogan d'élèves)


Quant à M. Guerre, il parcourt 12,7 km tous les jours en vélo afin de se rendre au lycée, matin et soir ! Il nous a donné plusieurs raisons :
« J’ai plusieurs raisons. Tout d’abord, je me suis rendu compte en abandonnant ma voiture il y a plus de 20 ans et après différents calculs, que 3 à 4 000€ ont été économisés, en comptant l’amortissement, l’assurance...etc. De plus, j’ai eu une prise de conscience des questions environnementales [il y a très longtemps] et donc je considère que le vélo est l’un des moyens de transport les plus soutenables. Enfin, ça me fait un bien fou de quitter le lycée en vélo car ça me fait décompresser » dit-il.

 

 Et vous, les élèves, comment venez-vous au lycée ?

 

Maëlys H., Armando P. S., Sarah T.

Article réalisé dans le cadre de l'HGGSP

et d'un projet d'éducation aux médias

 

Un film drôlement triste ou tristement drôle, je ne saurais le dire ! 7,5/10

12/05/2023

Un film drôlement triste ou tristement drôle, je ne saurais le dire ! 7,5/10

Casting énorme et jeu d’acteur très correct. Je suis tout de même déçue par le doublage.
Bon scénario qui manque parfois de crédibilité à cause de situations et de personnages caricaturaux. Toutefois ces exagérations dénoncent bien la bêtise humaine et les réactions irréfléchies (oui, il faut le dire) qu’ont les gens obnubilés par les réseaux sociaux, prisonniers d’un déni de l’information scientifique.
D’après Allociné, le film est une comédie. Cependant, il nous pousse à nous interroger sur le fonctionnement de notre société car (je suis pessimiste ou réaliste, à vous d’en juger) certaines scènes paraissent futuristes mais inéluctables.
Je reste surprise de la qualité du film, car le contenu de la plateforme Netflix ne m’attire généralement pas. Je suis contente d’être sortie de ma bulle ! Don’t forget to look up !
Film que je vous conseille vivement de visualiser !

 

Mazarine C.

La FLAC se renouvelle au lycée Jacques Monod !

11/05/2023

La FLAC se renouvelle au lycée Jacques Monod !

" Cet événement permet de renforcer les liens entre les élèves, de faire rentrer les arts au lycée et le sort de sa routine quotidienne" affirme Mme Durrheimer, professeure documentaliste, à l’occasion de la 10e édition de la Fête Lycéenne des Arts et de la Culture (FLAC) au lycée Jacques Monod. La FLAC est organisée par le conseil des délégués pour la vie lycéenne (CVL), la Maison des lycéens (MDL), le CDI, et la conseillère principale d’éducation Madame Berhmani. Ainsi, du 11 au 14 avril 2023, des activités diverses et variées ont été organisées avec pour objectif de lier vie lycéenne, vie scolaire et parcours artistique et culturel au sein de l’établissement.

Carnaval et scène ouverte
Au programme du mercredi 12 avril, des élèves du lycée ont montré leurs talents sur la scène ouverte à travers le chant, la danse, ou encore des solos de guitare et de piano. Un défilé de déguisements a également eu lieu : des costumes en tout genre, dont certains sur le thème de cette année, les cultures dans le monde. Pour cette 10e édition, les « 6 requins » ont remporté le concours de déguisement ! La matinée s’est terminée par la venue du DJ Rovinsky, élève au lycée.

Témoignage d'une artiste

"C'est très stressant de passer devant autant de personnes, d'autant plus que nous avons manqué de temps pour préparer les chansons avec le groupe Kings. Mais tout s'est très bien passé, c'est une occasion qui ne se présente pas tous les jours. Le public était incroyable et j'ai trouvé qu'iil y avait vraiment une bonne ambiance", nous a confié Mariam D., élève de 1ère STL, passée sur la scène de la FLAC.
Piano et escape game au CDI
Durant la semaine, le CDI a mis à disposition un clavier. Les élèves avaient aussi la possibilité d’apporter leurs propres instruments et d’en jouer, lors de temps dédiés. L’entrée de la musique au CDI nous a offert une atmosphère plus légère et différente. De plus, le club manga a préparé un escape game   autour du monde manga, qui s‘est déroulé au CDI sur différents horaires.

 Concours photo et  cinq continents
 Un concours photo a été également organisé  afin de mettre  en avant   la diversité du monde  à  travers les   propres photos des  participants.     Chacun pouvait en proposer trois. Les photos des    13 participants ont été exposées dans le hall Cabé afin que tous les élèves puissent les voir. Enfin, des affiches ont été installées à différents étages du lycée, rappelant le thème de cette année. Chaque étage pour un continent : l’Europe au rez-de-chaussée, l’Amérique au premier étage, l’Afrique au deuxième et l’Asie au troisième.

 

Cet événement fut un succès grâce aux organisateurs et à la participation des artistes. Et pour la prochaine édition, tous les élèves du lycée sont invités à faire part de leurs bonnes idées !

 

Lucie G. et Maëlys Le T.

Article réalisé dans le cadre de l'HGGSP

et d'un projet d'éducation aux médias

Faire face aux discriminations LGBT+

02/05/2023

Faire face aux discriminations LGBT+

Selon Ouest-France, une personne LGBT+ sur deux rapporte avoir été la cible d’injures à caractères homophobes en milieu scolaire, une personne sur dix pour des violences physiques. Ces chiffres témoignent d’un sentiment d’insécurité pour ces communautés. Dans ce contexte, l’école doit devenir aujourd’hui un acteur important de la lutte contre les discriminations et violences effectuées en son sein envers les communautés LGBT+


 Des élèves en proie aux violences et discriminations

Notre lycée n’échappe pas à cette tendance nationale et de nombreux élèves des communautés LGBT+ sont aujourd’hui cibles d’attaques aussi bien morales que physiques. Une élève de terminale qui a souhaité garder l’anonymat nous explique : « quand on s’assume [en tant qu’individu LGBT+] on est très facilement cibles de moqueries d’autres élèves... au départ ce ne sont que des petites blagues, on se dit que ce n’est pas grave mais ça peut vite déborder [...] quand tu ne réagis pas dès le début, ça devient plus physique, moi c’était surtout des bousculades volontaires. »


 Un harcèlement multiplié sur les réseaux sociaux


Les réseaux sociaux représentent aujourd’hui une forme de ʺno man’s landʺ de par le manque de surveillance et devient un facteur de multiplication du harcèlement. L’élève interrogée reprend et évoque un sentiment d’impuissance face à la situation :  « A force je connais toutes les insultes homophobes, sur les réseaux sociaux il n'y a aucun filtre et les gens se sentent pousser des ailes...  On a l’impression de ne pas pouvoir riposter. » 


 Les actions de l’établissement


Coralie A., élève en classe de terminale et élue au CVL, pointe du doigt les difficultés pour s’engager individuellement et encourage les élèves à rentrer en contact avec le CVL :  « En tant que représentants de tous les lycéens, on se doit d’agir pour mettre fin aux discriminations. C’est sûr que c’est compliqué de lutter seul (par peur de représailles ou autre) et c’est justement pour ça que le CVL existe, pour être à l’écoute et porter les voix de tous les élèves notamment des communautés stigmatisées . » Elle nous explique par la suite que le CVL réfléchit déjà à des actions au sein du lycée afin de sensibiliser les élèves. La journée mondiale contre l’homophobie du 17 mai sera par ailleurs marquée par des activités visant à lutter contre les discriminations et violences envers les communautés LGBT+. Coralie termine toutefois en insistant sur la volonté d’instaurer une lutte durable : « Il ne faut pas limiter ce combat à une seule journée car les actes et violences homophobes se poursuivent et la lutte doit être menée par tous et au quotidien. »


C’est par ailleurs dans cette optique de lutte quotidienne qu'est né le rôle de référent égalité porté par Mme Vennetier et M. Lecocq, visant à atteindre l’objectif final de l’école inclusive.

 

Mamadou-Lamine D., Jeanne L., Olivia D.

Article écrit dans le cadre de l'EMC et d'un projet d'éducation aux médias 

Actu joke 25/04/2023

25/04/2023

Actu joke 25/04/2023

Un film qui vous fait pleurer toutes les larmes de votre corps... 11/10

16/04/2023

Un film qui vous fait pleurer toutes les larmes de votre corps... 11/10

Le film est extrêmement prenant dans une atmosphère de huis-clos. Mais il se révèle  aussi très dur puisque l’on assiste à beaucoup d’exécutions à la chaise électrique (même si les visages sont cachés). De même, le meurtre des deux fillettes est nettement suggéré.
Le Mal qui quitte le corps de John Coffey sous la forme de pellicules noires est un symbole vraiment très beau. 
Le jeu d’acteur est exceptionnel. Tom Hanks (Paul) et Michael Clarke Duncan (John Coffey) sont excellents, parfaits dans leur rôle respectif. La simplicité d’esprit de John Coffey en total contraste avec son physique rend le personnage magnifique et attachant.
Le film est réussi ça c’est sûr ! Très émouvant, avec des personnages tous plus attachants les uns que les autres sauf « Wild Bill». Génial, Incroyable, dans mon top 10 sans hésiter ! Film à ne surtout pas manquer !

 

Mazarine C

 

Merci à l'élève qui nous contacte régulièrement pour suggérer des titres de films à chroniquer. Toutefois, notre journaliste ne peut pas aller voir tous les films à  l'affiche... Que cet élève n'hésite pas à se faire connaître, nous pourrons lui  faire une petite place dans l'équipe de rédaction. Cécile D.

Archéoastronomie : une science à la fois sur terre et dans le ciel

30/03/2023

Archéoastronomie : une science à la fois sur terre et dans le ciel

Que fait un archéoastronome?

 

Un archéoastronome illumine les vestiges archéologiques avec les connaissances de l'astronomie . En outre, il commente et analyse les résidus archéologiques pour connaître les acquis des anciennes civilisations. Par exemple, nous savons que les premiers calendriers ont été inventés et développés par les anciennes civilisations, telles que celles des Mayas, des Chinois, des Égyptiens et des Babyloniens. Ces calendriers qui sont basés sur les mouvements du Soleil et d'autres étoiles ont permis aux anciens de faire la distinction entre les périodes de semis et de récolte.

Ce savant étudie également les phénomènes célestes tels qu'ils ont été perçus par les anciennes civilisations. En témoigne cette représentation de la constellation de la Baleine qui date de 1602.

Représentation de la constellation de la Baleine en 1602, par Willem Blaeu

©Wikimedia

 

Où travailler ?

 

Les lieux de travail sont nombreux pour un achéoastronome. Vous pouvez travailler dans tous les sites archéologiques du monde. Spécifiquement, il existe de nombreux sites connus et liés à l'astronomie : Stonehenge (en Angleterre), Les Lignes de Nazca ( au Pérou) ou le plus ancien, Göbekli Tepe (en Turquie).

Site néolithique de Göbekli Tepe en Turquie

©Wikimedia


Les archéoastronomes sont à la fois archéologues et chercheurs. Le travail sur le terrain est indispensable. Il s'agit de visiter le site, prendre des mesures et/ou photographier le site en relation avec des événements célestes à des moments appropriés. Ensuite, ils traitent les photographies et les données  dans leurs universités.

 

Quelles études ?

 

Pour faire une carrière d'archéoastronome, il faut viser au moins un Bac+5 en sachant que l'apprentissage ne finit pas durant la carrière. Il faut une licence d'archéologie ou d'astronomie et un master qui peut être sur l'archéoastronomie, comme celui de l'université de Trinity Saint David, au Pays de Galles.

 

Qui d'entre vous est assez fou pour devenir archéoastronome ?

 

Eylul H.

Que sont-ils devenus ? Episode 2

27/03/2023

Que sont-ils devenus ? Episode 2

 

Lilly M.